Segolène ROYAL oui, mais pourquoi?

Bienvenue sur mon blog

 

BAYROU: L’intox qui rend les socialistes amnésiques… 24 février, 2007

Classé dans : Non classé — iletaitunefoislapresidentielle @ 22:58

En ce moment, il est de bon ton, lorsque l’on est socialiste, de cracher dans la soupe et de retourner sa veste. Avant la mode c’était de devenir un rebelle communiste, aujourd’hui c’est plutôt de se positionner en homme lucide-qui-réflechit et donc de naturellement se ranger aux côtés du gars katoucompri, un certain François Bayrou.

Mais Bayrou n’est pas aussi honnête qu’il veut bien nous le faire croire; outre son idée totalement utopique de « prendre le meilleur » de chaque côtés (on le mesure au niveau du QI?), il essaye de faire oublier que c’est un homme de droite malgré ce qu’il a toujours affirmé dans ces beaux discours.

Un petit rafraîchissement s’impose donc: 

1) Un parcours politique à droite toute!

-En 1993: Bayrou est ministre de l’Éducation nationale dans le gouvernement d’Édouard Balladur, celui-là même qu’il soutient lors de l’élection présidentielle de 1995.

-En 1995: ministre de l’enseignement supérieur, la recherche et la formation professionnelle dans le premier gouvernement d’Alain Juppé.

Bayrou est à l’origine de la fameuse loi Falloux (intégrer au budget de l’État les investissements et la construction des établissements d’enseignement confessionnel, et intégrer à l’Éducation nationale les enseignants du privé) => un million de Français manifestent pour défendre l’école laïque.

-Opposé à la dissolution de 1997, il quitte le ministère à la suite de l’arrivée au pouvoir de la gauche plurielle.

-Il est élu en 1998 à la tête de l’UDF qui regroupe des partis du centre, dont FD, et de droite, dont Démocratie libérale (DL) qui se retirera par la suite.

-Il se présente à l’élection présidentielle de 2002, mais connaissant des débuts difficile, plusieurs leaders de l’UDF appellent à voter pour Jacques Chirac dès le premier tour.

-Devancée dans toutes les régions par l’UMP lors des élections régionales, l’UDF accepte la fusion de ses listes avec celles de l’UMP au second tour.

-Au Parlement européen élu en 2004, l’UDF rejoint le groupe de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe.

-Bien qu’ayant voté la motion de censure contre le gouvernement Villepin en 2006, la même année le président de l’UDF apporte néanmoins son soutien à la liste du candidat Alain Juppé à la mairie de Bordeaux.

2) Le discours est toujours le même, les alliances aussi…

Discours de François Bayrou (Janvier 2002):

« Et pourtant, on peut gouverner autrement ! Eh bien, moi qui suis dans leur lignée, moi qui me place dans leur sillon, je vous le dis : nous allons assainir le pouvoir en France, chasser les officines, et jeter les saloperies ordinaires au caniveau qu’elles n’auraient jamais dû quitter ! (…) En fait, il y a un seul choix à faire pour les Français. Continuer avec les mêmes ou changer vraiment ? Ceux qui à Matignon, ceux qui à l’Elysée réunissent aujourd’hui leurs généraux, leurs colonels et leurs caporaux, ils ont à mes yeux un trait commun : ils ne changeront rien en profondeur.Il y a vingt ans que cela dure. Si on réélit les mêmes, on aura les mêmes résultats et le même climat ! Ils sont là depuis vingt ans. Ce qu’ils nous proposent, c’est simplement de prolonger le bail et de rester vingt-cinq ans !
Et ce qui apparaît ces jours-ci, ce climat qui a imperceptiblement changé, c’est que les Français ne veulent pas prolonger leur bail. Nous, nous portons une autre espérance. Je veux faire un serment devant vous. Ce sera le serment de la relève.Ils veulent un pouvoir honnête et propre. Ils l’auront. Ils veulent un pouvoir impartial. Ils l’auront. Ils veulent un pouvoir qui dit la vérité. Je l’y forcerai. Ils veulent l’esprit de justice. Il soufflera. J’en fais le serment. »(http://www.udf.org/discours/fb_cn_260102.html )

Discours de François Bayrou (2001):

« Car le parti de la réforme existe. Il existe à droite et il existe à gauche. De la droite modérée à la gauche modérée, en passant par le centre français, ce parti de la réforme a les mêmes convictions sur la liberté économique, sur l’avenir européen, sur la vocation sociale de la politique.
Vous comprendrez alors pourquoi la question des retraites est impossible à traiter en France. Pourquoi la question d’un service garanti à la SNCF l’est également. Pourquoi on ne peut jamais dépasser les affrontements stériles et partisans. Pourquoi dès qu’on défend une idée de bon sens, on est accusé de collusion, de traîtrise. Et voilà l’inefficacité, l’impossibilité des politiques courageuses. Et voilà chacun des camps pris en otage par son noyau dur ! C’est ainsi que l’extrême-droite a conquis à droite, pendant de longues années, un poids obsessionnel. Et c’est ainsi que l’extrême-gauche est en train de conquérir, à gauche, cet espace contestataire.Je défends des institutions où des hommes issus de camps différents puissent se réunir sans se renier pour faire avancer le pays. »(
http://www.udf.org/discours/fb_280401.html)

Le discours actuel de « rassemblement », avec la droite et de plus en plus avec la gauche, n’est donc pas nouveau. Cette idée alléchante de la part d’un homme qui se dit droit et honnête, me parrait pourtant être une -énième stratégie politico-politicienne tout ce qu’il y a de plus sournois. Démonstration:

Dimanche 18 février sur France 3, François Bayrou, cherchant à incarner un centrisme ne penchant ni à gauche ni à droite, a déclaré être prêt à nommer un premier ministre de gauche.

Pourtant, il suffit de voir les alliances que l’UDF conclut dans les collectivités territoriales pour comprendre clairement quelle est l’orientation de l’UDF. Que ce soient dans les régions, dans les conseils généraux ou dans les mairies, les accords et les partenariats se nouent systématiquement avec l’UMP et non avec la gauche.

Ainsi : (la suite sur: http://www.betapolitique.fr/spip.php?article0351)

Edifiant… Et cela ce dit autant de droite que de gauche? Mais ce n’est pas fini. Dans son discours, Bayrou dénonce la politique menée depuis 20ans par le PS et l’UMP/RPR, pourtant la plupart des réformes du gouvernement Raffarin ont été approuvés par les éluts centristes:
 

CHOMAGE ET EMPLOI

2002 : Pour. François Bayrou soutient la loi Fillon sur les salaires et le temps de travail qui prévoit des exonérations de cotisations patronales.

2003 : Pour. Le groupe UDF vote pour la loi sur la réforme des retraites, tout en la jugeant « insuffisante ». Le groupe UDF ne vote pas la motion de censure déposée par la gauche sur la politique sociale du gouvernement.

2004 : Pour. L’UDF vote la suppression du lundi de Pentecôte comme jour férié dans le cadre de la loi sur le handicap.

2006 : Ni pour, ni contre. Le groupe UDF s’oppose au contrat première embauche (CPE) et propose que la période d’essai, d’une durée de deux ans, soit ramenée à six mois. Le parti centriste dénonce l’utilisation de l’article 49-3 par Dominique de Villepin, affirmant qu’il aurait voté la loi sur l’égalité des chances si le CPE en avait été retiré. L’UDF ne vote pas la motion de censure déposée par le Parti socialiste… ni la confiance au gouvernement.

FINANCES PUBLIQUES

C’est sur la question du budget que François Bayrou et ses proches ont, à grand renfort médiatique, tenu à marquer leur différence. (Toute relative…)

2002 : Pour. Les députés UDF approuvent en bloc, avec l’UMP, le budget 2003.

2003-2004 : Plutôt pour. Une majorité de députés UDF, dont M. Bayrou, s’abstient sur le volet recettes des budgets 2004 et 2005, tout en approuvant l’ensemble du budget.

2005-2006 : Plutôt contre. Une courte majorité de députés centristes vote contre la loi de finances 2006 et 2007, alors que le reste du groupe s’abstient.

SANTE

2002-2004 : Pour. Le groupe UDF se prononce pour le budget de la sécurité sociale jusqu’en 2004.

2005-2006 : Plutôt contre. Une majorité de députés UDF vote contre le projet de financement de la sécurité sociale.

EDUCATION

2004 : Ni pour, ni contre. Le groupe centriste à l’Assemblée nationale se divise sur la loi sur les signes religieux à l’école. Douze députés UDF sur vingt-neuf s’abstiennent (dont François Bayrou et le président du groupe, Hervé Morin), quatre votent contre, treize votent pour.

IMMIGRATION

2006 : Pour. La loi Sarkozy sur l’immigration et l’intégration sème le trouble chez les élus centristes. Une moitié des députés UDF vote pour, une autre moitié s’abstient. Une majorité des sénateurs UDF vote pour.

SECURITE

2003 : Pour. François Bayrou et le groupe UDF approuvent la loi sur la sécurité intérieure (LSI) présentée par Nicolas Sarkozy.

2005 : Pour. En novembre, pendant la révolte des banlieues, le parti centriste soutient l’application de la loi du 3 avril 1955 qui instaure l’état d’urgence.2006 : Contre. Vingt-deux députés UDF votent contre la loi sur la prévention de la délinquance.

CONFIANCE AU GOUVERNEMENT

2002 : Pour. Les députés UDF approuvent la déclaration de politique générale de Jean-Pierre Raffarin.

2006 : Plutôt contre. Alors que l’affaire Clearstream bat son plein, François Bayrou et dix autres députés UDF votent la motion de censure déposée par le Parti socialiste contre le gouvernement Villepin. La position de M. Bayrou reste minoritaire au sein de son groupe parlementaire.

 

Ma conclusion sera une citation d’un auteur français bien connu:         

« Rien ne ressemble tant à un honnête homme qu’un coquin qui connaît son métier. »

[George Sand]                                             

                                            A bon entendeur…

 

3 Commentaires

  1.  
    bidule
    bidule écrit:

    En votant pour madame royal vous déroulez le tapis rouge à Sarkozy !
    Votez utile ! votez BAYROU ! Le seul capable de battre Sarkozy au 2ème tour !

  2.  
    iletaitunefoislapresidentielle
    iletaitunefoislapresidentielle écrit:

    Pour avoir la droite au pouvoir? Non merci! L’udf s’est toujours allié avec l’ump depuis 20ans et c’est pas demain que ça va changer! De plus, la personne la mieux placée pour accéder au 2ème tour c’est Mme Royal, l’affaiblir en votant Bayrou favoriserait Lepen! Imaginez un second tour Sarko/Le pen!! Quelle horreur… d’autant que rien nous dit que Bayrou battra Sarko; Royal aura l’appui de toute la gauche et d’une partie du centre alors que la gauche anti libérale ne votera jamais pour Bayrou (tous les représentant l’on dit). En 2002 Bayrou a fait 6%…

    Ne vous trompez pas!!

Commenter

 
 

éric aisne |
S’informer autrement, trava... |
Les verts du Bearn & Gave |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Ségolène Royal en Allemagne
| createur de societe
| Je ne vote pas pour n'impor...